Le Protestant

Explorer le web protestant réformé

Vous êtes au bon endroit pour commencer votre visite. Dans votre quête du devenir protestant Vous devriez passer un moment à naviguer sur ce site avant de partir à l’aventure.

Lire des blogs

Rien de tel que lire des blogs, produits par des vraies personnes qui sont sur le terrain. Il en existe de tous les genres. Certain·e·s publient de longs articles, d’autres des billets courts; certain·e·s parlent de leur métier, d’autres vous proposent des prédications et méditations; certain·e·s parlent de vie d’Église, d’autre d’enseigment académique, d’autres de questions de culture et de société.

Il ne sert à rien vous proposer un liste de blogs, c’est à vous de composer la liste de vos sources préférées en fonction de vos affinités. Beaucoup de blogueurs et blogueuses proposent de nombreux moyens pour les suivre: RSS, newsletter, page Facebook, groupe WhatsApp. N’hésitez pas à vous abonner ou vous désabonner selon vos envies du moment.

Je vous propose quelques blogs dans la page consacrée aux liens.

Éviter de commencer par les sites institutionnels

Le conseil peut paraître saugrenu, mais j’y tiens. Ne commencez pas votre voyage dans le web protestant par les sites institutionnels. Trop de considérations administratives ou organisationnelles risquent de vous faire perdre de vue l’essentiel de votre parcours personnel.

Il est possible de s’intéresser au protestantisme en tant que pratique religieuse et courant de pensée avant de se perdre des l’apprentissage des structures protestantes et de leur organisation!

Si vous êtes suffisamment avancé·e dans l’élaboration de votre théologie et de votre foi, si vous cherchez des dates et des personnes de contact, alors vous trouverez des réponses sur les sites institutionnels.

Entrer en discussion

Vous lisez un blog (ou suivez une page Facebook, ou lisez un groupe WhatsApp)? Il est temps de passer à la vitesse supérieure et d’interagir.

Si les blogueurs ont décidé de s’exposer en ligne, c’est aussi ─ surtout? ─ pour entrer en contact avec leur lecteur. Parfois par les commentaires, s’ils sont ouverts et que vous accepter de rendre vos interrogations publiques, parfois par mail ou message privé. N’hésitez pas!

,